Guyllheaume

Membre
  • Compteur de contenus

    128
  • Inscription

  • Dernière visite

Réputation sur la communauté

36 Neutre

À propos de Guyllheaume

  • Rang
    Membre régulier

Profile Information

  • Sexe
    Male
  • Marque
    Zuk
  • Modèle
    Z2 Pro 6Go/128Go

Visiteurs récents du profil

1 558 visualisations du profil
  1. Guyllheaume

    [REVIEW] [UMIDIGI G] 5" de Nougat Stock pour 90 dolles.

    Salut Ultrix, merci pour ton intérêt. Il est vrai que ça peut être utile à certains, et pas seulement pour ce téléphone en particulier. Avant tout, la manipulation a été rendue possible pour deux raisons : 1) On utilise le fait que Magisk puisse fonctionner "systemless" (donc, si je comprends bien, sans Custom recovery) 2) Umi et Mediatek ont une politique assez permissive sur le bootloader, rendant l'opération simple et rapide. Sans plus attendre, voici un petit guide, détaillé et sourcé, de la procédure que j'ai suivi pour arriver à mes fins. Les avertissements de rigueur : Ni moi, ni Frandroid ou aucun des sites et auteurs contenus dans ce post ne pourront être tenus pour responsables si votre précieux bigophone se retrouvait malheureusement en état de mort cérébrale pendant ou à l'issue des manips décrites ci-après. Je ne prétends ni être expert, ni fournir ici une méthode universelle et infaillible de root. J'ai simplement usé et abusé de la barre de recherche Duckduckgo, passé quelques longues heures à chercher pour comprendre. Faites IMPERATIVEMENT une sauvegarde de votre téléphone, car le déverrouillage du bootloader efface complètement tous les stockages, y compris la mémoire interne. Vous êtes prévenu. Maintenant que le sermon est terminé, on peut s'amuser. Ce qui a piqué ma curiosité (oui, il m’en faut peu) : https://forum.xda-developers.com/android/general/umidigi-g-root-gpu-cpu-booster-gaming-t3749862 Quoi ?! Comment ?! On peut rooter ce mignon petit joujou pour débrider ses capacités ?? Dans le cas présent, j'avoue que ça revient grosso modo à coincer un ticket de métro sur sa roue de vélo pour faire croire qu'on pilote une bécane, mais quand même ! Dans les prérequis : Télécharger ADB minimal : https://forum.xda-developers.com/showthread.php?t=2588979 Je me suis procuré les drivers du G ici : https://www.getdroidtips.com/download-latest-umidigi-usb-drivers/ Etape 1 : Matrix re(boot)loaded - Unlock du Bootloader via ADB Source : https://www.theandroidsoul.com/unlock-bootloader-via-fastboot-android/ Pour résumer il faut : Aller dans les options développeurs (appuyer 7 fois sur le numéro de build pour les activer) Dans le menu devs, cocher déverrouillage OEM. Il faut que le switch soit activé. Faites un back-up de vos données. Genre, vraiment. Vous allez effacer l’intégralité du contenu du téléphone, y compris vos précieuses photos coquines et vos musiques de chant lyrique islandais. Ensuite, lancer les commandes ADB : adb devices > pour s’assurer que l’appareil est reconnu adb reboot bootloader fastboot oem unlock fastboot reboot Au redémarrage, un message doit s'afficher sur l’écran de boot Umi. Un truc du style « Orange State, your device cannot be trusted ». On s’en fout, c’est le prix de la liberté (Danger Zone). Le bootloader est désormais déverrouillé, on va pouvoir faire les fifous. Vous pouvez reconfigurer votre téléphone maintenant, les étapes suivantes n’influent pas sur les apps installées et les données. Je vous conseille quand-même de le faire à la fin, si jamais ça tourne mal vous aurez économisé une précieuse heure de votre vie (ne me remerciez pas). Etape 2 : On est des Roots. Le lien pour télécharger la ROM du Umi G (vous n’aurez pas besoin de l’installer si le téléphone est à jour, seulement de la décompresser pour récupérer le fichier boot.img qu’utilise Magisk) : http://community.umidigi.com/thread-14142-1-1.html Il faut télécharger l’archive, qui est au format .rar. Je l’ai fait depuis le PC, car la place sur le UMI n’est pas gigantesque. Une fois le DL terminé, décompresser l’archive (avec 7zip en ce qui me concerne), aller dans le zip et trouver le fichier boot, qui est au format .img, puis pratiquer un petit copier-coller des familles dans la mémoire interne du téléphone. La méthode pour installer Magisk via ADB : https://forum.xda-developers.com/apps/magisk/official-magisk-v7-universal-systemless-t3473445 (1er post, cliquer sur « show content ») En condensé : -Télécharger la dernière version de Magisk Manager et installer l’appli. -Une fois dedans, il va vous proposer d’installer Magisk. Il faut sélectionner « patch boot.img » -Là y a juste à récupérer le fichier qu’on vient de basculer sur le phone, l’appli fait sa sauce. -Ensuite il faut basculer l’image patchée (qui se trouve dans le dossier "MagiskManager" du téléphone) sur le PC. Magisk conseille de faire la commande ADB suivante : adb pull /sdcard/MagiskManager/patched_boot.img Perso ça n’a pas marché, et le fichier n’apparaissait pas dans l’explorateur de fichier Windows en allant manuellement dans la mémoire du téléphone. Vu que je suis un bison futé, je me suis envoyé le fichier par mail, puis je l’ai téléchargé comme pièce jointe. Foutez-le dans le répertoire d'installation d'ADB, puis ouvrez une commande ADB directement dedans : adb reboot bootloader fastboot devices fastboot flash boot patched_boot.img fastboot reboot Le téléphone démarre, lancer Magisk Manager, la bonne nouvelle devrait apparaitre dans la partie haute de l’écran. Maintenant que le Umi est rooté, à vous le vent dans les cheveux, le parfum de la rebellion, l'ivresse de l'aventure. Ou plus modestement, vous pouvez vous équiper un peu. -Adaway + adzhosts (by Hadjar) pour la réclame. -Greenify4Magisk (à télécharger sous forme de module dans Magisk Manager) pour calmer les (h)ardeurs des applis énergivores. > Désactivé au bout d'une journée, pas pertinent pour mon utilisation. -App Ops, pour gérer finement les autorisations d'applis, notamment les démarrages automatiques, wakelocks et fonctionnement en arrière-plan. -Root Essential pour la suppression d'applis système et l'éditeur de build.prop, sera sûrement remplacé par un soft plus simple uniquement pour la partie désinstallateur, sachant que Kernel Audiutor permet l'édition du build également. -Kernel Audiutor, pour mener le CPU à la baguette (de pain). J'ai installé le combo gagnant hier soir, et je dois dire que la batterie semble plus endurante, avec un profil orienté économie d'énergie. Cela se fait malheureusement au détriment de la fluidité générale, je vais peaufiner les réglages et voir si j'arrive à trouver un juste milieu. EDIT : Après quelques tentatives infructueuses pour améliorer l'autonomie sans trop sacrifier les performances déjà pas affolantes du téléphone, j'ai réussi, je pense, à trouver un équilibre correct, qui me donne 4h de SOT sur 24h d'utilisation de 100 à 15% de batterie. 1) J'ai supprimé la plupart des applis Google (Google bien-sûr, Maps, Gmail, Youtube, etc). Je n'ai gardé que le Play Store, les Play Services. Déjà ça desserre un bouton de ceinture sur la mémoire interne. 2) Avec AppOps, j'ai bloqué toutes les permissions que je jugeais inutiles, principalement "localisation" pour tout ce qui ne traite pas du guidage, "run in background" quand je n'ai pas besoin d'avoir mes notifications dans la minute, et "empêcher l'appareil de passer en veille" lorsqu'il ne s'agit pas d'affichage à l'écran (vidéo ou GPS). 3) Dans Kernel Audiutor, après avoir tenté le mode "Powersave" qui ralentit considérablement l'appareil, je suis revenu sur le "interactive", censé représenter le juste milieu, puis j'ai abaissé la fréquence du CPU à 1027Mhz au lieu des 1248 maxi. Le résultat ne s'est pas fait attendre. Bonus : Les commandes ADB pour les N00Bs comme moi. https://www.maketecheasier.com/common-adb-commands/ J'ai chopé ci dessous les commandes ADB pour flasher le boot.img, car la description de Magisk était plus que succinte pour un néophyte. https://forum.xda-developers.com/showthread.php?t=1752270 Je n'ai inventé aucune commande ADB, aucun procédé pour ce que je décris. Tous le crédits aux auteurs respectifs des différentes sources, notamment via XDA developers sans qui je serais bien peu de choses. Voilà, j'espère ne pas avoir été trop brouillon et surtout que ça permettra à ceux qui le souhaitent de franchir le pas du Root. N'hésitez pas en cas de questions, correctifs et autres. A+
  2. Guyllheaume

    [REVIEW] [UMIDIGI G] 5" de Nougat Stock pour 90 dolles.

    Salut à tous, A mon grand étonnement, 6 mois après mon achat, le Umi est toujours vivant, bien portant, et m'accompagne au quotidien. La principale raison est son encombrement réduit et son poids inférieur à mon téléphone principal de 5.2 pouces et quasiment 150gr. Bon, je vais pas vous mentir, on a vécu quelques péripéties lui et moi, mais quel duo n'en rencontre pas. Rapidement : -"La Rançon". En voulant switcher de téléphone un week-end, le tiroir SIM a kidnappé ma carte. Impossible d'ouvrir ce satané orifice. J'avoue m'être un peu emporté et avoir forcé sur la partie visible, qui a fini par céder. Désormais j'ai plus de problème pour sortir le tiroir, mais il y a un vide un peu disgracieux sur la tranche gauche. Ca ne gène en rien l'utilisation et j'ai jamais eu de décrochage de réseau car la sim avait bougé. Mais c'est bien la première fois que ça m'arrive. Aujourd'hui j'en rigole, mais sur le moment j'étais chiffon. Pour ceux à qui ça arriverait, la pince à épiler reste le meilleur outil, avec le moins de risque d'endommager la SIM ou le téléphone. -"Le Père Noël est une ordure". Soirée de Noël au taf, un collègue en furie sur le dance-floor renverse son verre de mousseux Lidl sur mon froc. 24h plus tard, impossible d'utiliser le capteur d'empreintes, que ce soit pour déverrouiller ou revenir en arrière. Néanmoins, je n'arrive pas à savoir si c'est vraiment dû à ça ; Je me suis rendu compte au même moment que le téléphone était passé de non chiffré à chiffré, je ne sais pas par quelle fausse manip. J'ai lu que cela pouvait parfois interférer avec le lecteur d'empreintes. Malgré plusieurs restaurations d'usine, toujours rien, téléphone toujours chiffré. J'ai trouvé un palliatif avec une appli et en éditant le build.prop. -"Django Unchained". Car oui, j'ai découvert que malgré l'absence de Custom recovery, on pouvait rooter le Umi G via Magisk + quelques lignes ADB, après avoir déverrouillé le bootloader (les doigts dans le nez avec le petit Mediatek). J'ai donc pu virer les dernières applis énergivores de Google, installer adaway, etc. -"Fenêtre sur Cour". L'appareil photo natif, je ne sais par quel miracle, fonctionne désormais correctement. Auparavant un voile noir assombrissait l'écran lorsqu'on levait le téléphone. Un factory reset a probablement remis tout ça d'équerre. C'est pas encore grandiose, mais ça fait le taf. -"Happy Ending". Malgré toutes ces (més)aventures, je trouve ce téléphone... attachant. Il est agréable à manipuler ; son écran lumineux, précis et vif est vraiment un de ses points forts. Le fait d'avoir pu le rooter est une très bonne nouvelle, presque inespérée (il n'a qu'un seul topic sur XDA, est très peu commenté sur la communauté Umi, c'est je crois le seul de la marque avec Android Stock...). Enfin, l'appareil photo qui me montre de quoi il est capable (bon, c'est pas devenu un tacleur de Galaxy S9 hein) parachèvent le bilan positif du téléphone. Tout ça mis bout à bout, je suis plus enclin à passer l'éponge sur l'autonomie un peu faiblarde. Restera toujours ce lecteur d'empreintes inutilisable qui me fend le coeur (surtout pour la fonction retour au final), mais ça, le téléphone n'y peut rien (à priori). Voilà voilà. A+
  3. Guyllheaume

    [ZUK Z2 PRO] Guide complet : Root, ROM custom, TWRP, etc.

    Sisi ! Si t'as besoin d'un bêta testeur, présent ! Je ne sais pas si c'est pertinent, ou si ça peut t'aider, mais Void en avait fait plusieurs pour Nougat sur la base du Kernel AEX de Davide. https://forum.xda-developers.com/zuk-z2-pro/development/kernel-z2-pro-kernel-gpu-oc-zen-f2fs-t3661822 Bon courage en tout cas, et belle initiative !
  4. Guyllheaume

    [ZUK Z2 PRO] Guide complet : Root, ROM custom, TWRP, etc.

    Salut @jordandroid, serait-ce toi que j'ai vu passer sur le XDA de la Cosmic OS 3.1au sujet d'un kernel ??
  5. Guyllheaume

    [ZUK Z2 PRO] Guide complet : Root, ROM custom, TWRP, etc.

    Oui et non. Sur la Rom stock, il n'y a que le chinois et l'anglais, mais tu peux télécharger Morelocale pour que tes applis soient en français. En revanche tout le système reste en anglais. Le Play Store et les Play Services ne sont pas installés par défaut mais tu peux les télécharger depuis l'appli Market dispo sur la Rom.
  6. Guyllheaume

    [ZUK Z2 PRO] Guide complet : Root, ROM custom, TWRP, etc.

    Salut, tu peux le faire grâce au TWRP notamment, mais ça n'a pas grand intérêt. Surtout si tu as reçu ton téléphone avec une Rom vendeur, tu peux la foutre à la benne sans regret. Ce téléphone est pour ainsi dire impossible à bricker, il y a toujours un moyen de le récupérer, avec des méthodes plus ou moins facile. Toutes les Roms d'origine, de la toute première à la dernière dev, sont disponibles en version Qfil/QPST (par ADB), et la plupart en Zip à flasher dans le recovery également. Profite de ne pas avoir encore grand chose dessus pour installer la rom Stock usine 1.9, puis de faire les mises à jour par la voie officielle avant de débloquer ton bootloader et de tester des Customs si l'envie te prend. C'est un peu plus chiant quand tu as 120 applis, 4 comptes Google et 36000 SMS à restaurer.
  7. Guyllheaume

    [ZUK Z2 PRO] Guide complet : Root, ROM custom, TWRP, etc.

    Prépare les bretelles ! Plus sérieusement le Z2 pro est déjà à la limite pour moi, c'est une tannée pour le sortir de la poche de jean quand je suis assis. Sans parler de monter le volume quand je marche, merci le port jack au bas du téléphone. Tout est question de goût et de point de vue !
  8. Guyllheaume

    [ZUK Z2 PRO] Guide complet : Root, ROM custom, TWRP, etc.

    Tout pareil, connaissant le savoir faire de Zuk, je serais ravi de voir un successeur à mon Z2 pro. Avec, au hasard, un form factor un peu plus compact et un ratio taille/écran plus balaise. Mais je prends les vessies pour des lanternes !
  9. Guyllheaume

    [ZUK Z2 PRO] Guide complet : Root, ROM custom, TWRP, etc.

    Oui c'est surtout au regard de l'arrêt de la marque que c'est plaisant. J'ai cru comprendre que ZUI serait désormais la ROM intégrée aux Motorola destinés aux marchés asiatiques, ce qui expliquerait que le développement continue. Sans parler de rumeurs persistantes d'une renaissance de la marque (un Z3 pro et un Edge 2 sont évoqués), bien que pour l'instant les fuites ne soient pas convaincantes
  10. Guyllheaume

    [ZUK Z2 PRO] Guide complet : Root, ROM custom, TWRP, etc.

    Sympa de faire un tuto ici, surtout que c'est un passage quasi obligé pour ce téléphone qui arrive souvent avec une shopRom pas très rassurante. C'est cool également de voir que le développement continue, Android Oreo arrive pour la stock et est déjà dispo en bêta stable sur une custom.
  11. Guyllheaume

    [REVIEW] [UMIDIGI G] 5" de Nougat Stock pour 90 dolles.

    Hello Tous, Après un gros mois d'utilisation quotidienne du Umi G, j'ai pu me faire une idée un peu plus précise des zones d'ombres qui planaient sur mon premier post. -L'appli DuraSpeed est en fait une appli développée par MediaTek, et pas Umi. J'ai essayé avec, puis sans. Impossible de voir une quelconque différence sur les applis ou la batterie. Je l'ai désactivée sans regret. -Pour les photos, le résultat est mitigé. Si la luminosité est suffisante (et naturelle), le rendu peut être assez sympa. Suffisamment en tout cas pour faire illusion sur l'écran du téléphone. En revanche dès que l'on est en intérieur avec une lumière artificielle, c'est catastrophique. Par moment, il y a comme un voile noir qui assombrit progressivement l'écran depuis le bas vers le haut, si bien qu'on ne voit presque plus rien en haut de l'écran. Je soupçonne un défaut de fabrication tant c'est anormal. -Côté fabrication, le petit bruit a persisté. Le tiroir sim a un peu de jeu, je pense que la lentille de l'appareil photo bouge un peu. Lorsque je presse la tranche du téléphone, un léger craquement survient, comme si quelque chose était mal fixé. C'est stressant mais pas gênant et ça ne nuit en rien à l'usage du téléphone. En bref, il présente bien, la qualité de fabrication est un peu en retrait des standards actuels. Si je devais comparer, ce serait époque Galaxy S4 (qui se négocie encore plus de 280€ à ce jour sur la Fnac). Rien de très méchant si ça en reste là. Je suis désormais presque certain que la coque est en plastique et pas en métal. Mais je le voit presque comme un avantage car plus léger, moins sensible aux traces de doigts et micro-rayures, et moins glissant. La qualité perçue n'en souffre pas. -Pour l'autonomie, c'est conforme à ce qu'on attend de 2000mAh. Je tiens une pleine journée de boulot sans souci (débranché 8h30, 15% vers 23h). Si la soirée doit se prolonger, il faut prévoir de lui remettre un peu de coco dans l'après midi. A noter que la prise Micro USB est un peu spéciale, et que j'ai du mal à recharger le téléphone sur d'autre câble que celui d'origine. L'écran semble être un vrai aspirateur de jus, et l'éclairage minimum réglé trop haut n'aide pas à faire baisser la consommation. -Le lecteur d'empreinte est finalement plutôt efficace pour peu qu'on pose correctement son doigt dessus. Il est par contre trop sensible (détecte la chaleur de la cuisse dans la poche), ce qui m'oblige à tourner la face avant vers l'extérieur et expose l'écran aux chocs. Je regrette qu'on ne puisse pas régler la puissance de la vibration qui est trop forte. Sur un matelas à ressorts c'est désagréable. -Bugs : Rien de dramatique à noter, deux redémarrages intempestifs dont l'un a pris plus de dix minutes. Pas de freeze, les lags sont rares et une libération des applis récentes règle à chaque fois le problème. Le bilan reste le même qu'aux premiers jours, c'est toujours un smartphone agréable à utiliser, joli (subjectif j'en conviens), léger. L'absence de surcouche lui permet de se faire oublier au profit du contenu. Les défauts évoqués plus haut, s'ils existent, n'empêchent pas un usage quotidien totalement normal, excepté éventuellement les adeptes des photos de nuit (où vous ne verrez strictement rien s'afficher). L'écran est vraiment de bonne facture et la batterie suffit pour une journée classique de taf. Ma conclusion est donc toujours (très) positive, pour les budgets serrés, en téléphone secondaire ou de remplacement, il en donne beaucoup pour son prix. Je préfère me faire plaisir avec ce Umi que d'aller lorgner du côté des access Wiko, Echo, Logicom et autres. Pour être honnête j'ai même laissé mon Z2pro (pour un temps seulement) sur la table de chevet car au final ce G fait parfaitement l'affaire dans 98% des situations. N'hésitez pas à réagir ou poser des questions si le cœur vous en dit. A Plus.
  12. Salut à tous, C'est devenu une habitude, j'aime bien écrire quelques lignes sur mes acquisitions phonesques. Après le Morefine Max1 (lien ici) et le Zuk Z2 Pro (ici), voilà que j'accueille un nouveau pur-sang mêlé dans mon haras de phones. Me voilà donc un dimanche après-midi en quête d'un remplaçant pour mes futures excursions nocturnes et champêtres, assouplissant certains critères et en relevant d'autres (typiquement : Android 5,1 commence à se faire vieux à tous les niveaux). C'est là que commence l'histoire que je m'apprête à vous conter. Umidigi est une marque chinoise dont j'entends régulièrement parler. Ils font des téléphones abordables, avec un penchant pour les inspirations très appuyées de modèles iconiques. Le « G », c'est son nom, qui est désormais miens va plus loin et se vante carrément d'être un iPhone 7 sous Android, le tout à 90€. Alléché par l’audace de la promesse, je saute le pas sur un célèbre site marchand (celui qui paye autant d’impôts en France qu’un smicard au chômage). A nous deux, fifrelin de petite vertu. J'ai reçu le joyau il y a quelques jours seulement, voilà donc mes premières impressions, dignes d'un reportage caméra au poing. Emballage : Livré dans une boite qui s'ouvre façon tiroir, la présentation est banale mais pas cheap. Le téléphone est emmitouflé dans une coque transparente en silicone bien ajustée. Sous ce premier étage on retrouve le manuel dans un étui portefeuille qui renferme le trombone pour la Sim et une protection d'écran à poser soi-même comme un pro, ou un gros dégueulasse qui mettra des traces de doigts et laissera des bulles grosses comme des tumeurs. Au rez-de chaussée le câble USB/micro USB 2,0 se pare d'un splendide rouge qui court vite, et la prise est française en 5V. Sur le contenu et la présentation de la boite, rien à dire de particulier, tout y est. C'est commun mais pas désagréable et la présence d'une coque est je trouve un gros atout. J'arrête de tourner autour du pot, on attaque les hostilités. Le téléphone : Le Umi G présente des mensurations classiques pour un 5 pouces : 142 x 70 x 7,5mm au garrot. C'est un brin plus grand que mon format idéal mais il est très bien proportionné. En bonne copie de l'iPhone 7, il propose une coque en métal noir mat, des tranches chanfreinées et un écran 2,5D. La première grosse surprise en le prenant en mains vient du poids ; C'est un coq annoncé à 135gr, et de seulement 131gr mesurés sur ma balance de dealer (enfin la balance de cuisine de ma copine). A se demander si le châssis est vraiment en métal (l'est-il ?). La ressemblance se poursuit avec l’appareil photo, situé au même endroit que sur l’aïePhone et tout aussi proéminent, l’exposant aux chocs. Je vais pas vous énumérer les points communs, ni me lancer dans des descriptions à la Stendhal mais exception faite de la marque, les faces arrières sont identiques. Seules les dimensions diffèrent quelque peu. A l’avant, l’écran Sharp affiche en HD. Le lecteur d’empreintes fait office de bouton retour, ce qui est plutôt bien pensé, je vous expliquerai un peu plus loin. Au niveau des appendices, le tiroir Sim+SD est situé à gauche, les boutons de volume et d’alimentation sont sur la tranche droite. Au bas du téléphone on retrouve le haut-parleur et le micro, tandis qu’en tête le jack 3.5 (entrée au patrimoine de l’UNESCO prévue en juin 2020) et le port Micro USB pour le rechargement clôturent le panorama. Je ne sais pas trop ce qui justifie cet emplacement, mais ce n’est pas génant, juste surprenant. Sur le plan pratique, je pense au jour où il pleuvra averse et que les gouttes ruissèleront jusque dans ma poche. Allez je suis pas vache, c’est toujours mieux qu’un port jack au pied du téléphone ! La batterie est de 2000mAh, ce que je trouve un peu faiblard. Dans les aspects négatifs, on entend un petit bruit lorsqu’on tapote la face arrière. Probablement le tiroir SIM ou le flash qui a un peu de jeu. Bilan visuel : Une bonne gu*****, classique et bien proportionnée. Le toucher mat du dos lui confère une bonne prise en main et le rend moins glissant, très agréable. Son poids plume est un véritable avantage. OS/Interface : On retrouve Android 7.0 dépourvu de surcouche. C’est un bon point qui évite les errements parfois grotesques de certains constructeurs. Les entrailles sont composées d’un MTK 6737T quad-core de 1.3Ghz et 2Go de mémoire vive. Côté stockage on peut compter sur 16Go (environ 12 réels) et la possibilité d’ajouter un microSD si on fait l’impasse sur une deuxième Sim. Le patch de sécurité Google date de mai 2017. Premier démarrage et une petite feature qui me fait déjà aimer le téléphone : Comme dit précédemment, le lecteur d’empreinte sert de touche retour, et l'OS a la bonne idée de permettre facilement de faire disparaitre la barre de navigation tactile. On peut donc se retrouver avec un écran de 5 pouces dédié entièrement à l'affichage des infos et images. La lecture des empreintes est assez rapide mais pas d’une fiabilité renversante. En me baladant dans les paramètres je découvre une option MiraVision, permettant de régler à sa convenance la teinte, la saturation, la netteté et le contraste de l’écran. Appréciable même si les différences ne sont pas flagrantes. Dernière feature maison, un onglet DuraSpeed qui optimise les processus en arrière-plan. Je ne l’ai pas encore testé suffisamment longtemps mais il parait que ça peut avoir une influence notable sur l’autonomie. Un petit frisson m’a parcouru l’échine quand j’ai vu qu’une Radio Fm était présente ; à l’heure du tout numérique les grésillements hertziens m’excitent presque autant que le crépitement d’un diamant sur un vinyle de Bowie. Ayant un Nougat tout nu, je ne vais pas creuser plus avant l’interface qu’on commence à connaitre. J’ai un peu balisé en notant l’absence d’onglet mise à jour dans les paramètres, mais il s’avère qu’il y a une appli dédiée pour ça. Pas d’Update proposée au démarrage. Bilan OS : C’est basique mais au moins il n’y a pas d’alourdissement de la Ram ou de fonction inutile dont il est impossible de se débarrasser. Ca fait zizir d’avoir une RadioFm et les deux fonctions propres au téléphone, DuraSpeed et MiraVision, sont plutôt pertinentes. Reste à confirmer dans l’usage si elles sont réellement efficaces. Hardware : Au jeu de qui a la plus grosse, je n’irai certainement pas me frotter à Rocco mais il parait que l’important c’est ce qu’on en fait. Ceci dit pour vous donner une idée des performances -hallucinantes- de mon moulin, j’ai fait tourner ce satané Antutu, qui me récompense de seulement 29176pts. Ingrat. Côté GeekBench, j’obtiens 533pts en Single Core et 1532 en Multi-Core. Usain Bolt avait déjà fini son sprint que je n’avais pas encore enfilé mes chaussures qui courent vite. Dans les bonnes nouvelles du Bench, la densité de pixels est donnée pour 320 ppp contre 294 annoncés par le constructeur. Ca plus le poids, c’est bien la première fois qu’un appareil me surprend deux fois dans le bon sens. Bilan hardware : Des specs d’entrée de gamme assumées. Oubliez Real Racing 3, oubliez Pokemon Go, oubliez Adobe Lightroom ou autre. Mais si vous utilisez le téléphone pour du basique comme le surf web, la musique, Whatsapp et, soyons fou, les appels, vous en aurez suffisamment pour vos brouzoufs. Appareil Photo : On va pas se mentir, c’est pas fameux. Le capteur dorsal de 8Mp ne fait pas de miracles. Les noirs tirent sur le vert, les blancs sur le jaune. Il y a énormément de bruit lorsque la lumière n’est pas optimale, la mise au point est pas vivace, et c’est la croix et la bannière pour avoir un cliché net. En plus, à titre personnel, je trouve l’appli photo d’Android Stock particulièrement moche. Avec Footej Camera j’obtiens quelque chose d’un peu plus joli, surtout en plein jour mais c’est pas grandiose. J’y ai quand même gagné en réactivité, et quelques réglages pour limiter la casse. Oubliez vraiment le zoom. Pour l’usage que j’ai du téléphone, l’appareil photo n’était vraiment pas un critère déterminant. Mais puisqu’il est là, autant qu’il fonctionne correctement. Bilan photo : Suffisant pour immortaliser cette gigantesque araignée qui s’est suicidée dans le Bo Bun de votre collègue, mais pas pour envoyer les premiers pas du petit à votre grand-mère partie faire le tour des US sur sa 103 SP. L’écran : Un IPS de 5 pouces HD d’origine Sharp, il offre des couleurs vives, un peu flashy. Avec 320 ppp, même si on est loin des flagships QHD+, c’est suffisant pour du surf sur le web ou de la vidéo. La luminosité est très bonne, mais on manque d’amplitude entre le mini et le maxi. Il n’y aura aucun souci pour l’utiliser en plein soleil, mais j’ai téléchargé une appli de filtre pour pas me griller la rétine dans le noir (fragile inside). Il réagit rapidement, le défilement est fluide. L’appli de colorimétrie (MiraVision) permet de régler à la convenance de chacun la teinte dominante de l’affichage. Les angles de vision sont bons, voire excellents, et il n’y aucune fuite de lumière. L’affichage donne l’impression d’effleurer la dalle, c’est vraiment beau. Contrecoup de cette qualité, il semble consommer beaucoup de batterie. Protégé par du Gorilla Glass 4, je ne me fais aucune illusion sur sa résistance s’il me vient l’envie de lui faire bouffer du gravier. Ceinture-bretelles-mousqueton de rigueur pour se prémunir des dangers du quotidien. Bilan Ecran : Très positif, clairement l’un des meilleurs atouts du téléphone grâce à une très bonne luminosité et une bonne réactivité. La définition est amplement suffisante pour les dimensions de la dalle. Faites sauter la luminosité adaptive et réglez l’affichage pour économiser du jus. Connectivité/connectique : A ce prix-là on oublie le NFC et les capteurs de santé ou l’option micro-ondes. On se contentera du minimum, voire un peu moins. En effet, pas de LED de notification, ni de Wi-Fi bi-bandes. On s’en passe, mais ça manque. On a le droit au gyroscope, à la boussole, au GPS, au capteur de luminosité et de proximité. La 4G est de Catégorie 4, et supporte les bandes françaises les plus classiques (pas de B28/700Mhz). Dans les bons points, il y a le Bluetooth 4.1 et un capteur d’empreintes digitales, plutôt rapide. Néanmoins il n’est pas fiable à 100%, et est sensible à l’extrême. Je n’ai pas compris tout de suite, mais je sentais parfois le téléphone vibrer comme une essoreuse dans ma poche. Paniqué, je l’ai sorti plusieurs fois pour constater que tout allait bien. C’était en fait le capteur d’empreinte qui ne reconnaissait pas mes orphelines dans le fondement de ma poche et vibrait pour signifier l’erreur. Une fois qu’on le sait, c’est moins flippant mais jamais agréable et il n’y a pas d’option pour détecter la mise en poche, où alors je ne l’ai pas trouvée. Réseau : Le téléphone accroche la 4G comme les autres que j’ai pu tester. Les pages Web se chargent sans latence, je capte bien dans l’immeuble où je bosse mais toujours pas dans cette foutue Gare Du Nord, ceux qui savent savent. Pour le réseau téléphonique RAS, on entend et on se fait entendre correctement même si ce n’est pas la HD que j’ai pu connaitre sur mon Mi4C par exemple. Vous pourrez quand même jouer au téléphone rose sans difficulté. Audio : La sortie casque est assez puissante, avec une tendance à lisser la voix et les aigus. Rien de dramatique ou qu’un bon equalizer ne saurait compenser. Le haut-parleur est criard mais puissant. Ca ne rendra pas l’écoute de musique par ce biais agréable pour autant. Le niveau sonore des notifications est assez haut même réglé au plus bas. Stockage : 16Go en Emmc 5.1, extensibles jusqu’à 256Go par MicroSD. L’espace dispo au démarrage frôle les 12Go. C’est dans la moyenne des téléphones de cette gamme de prestations et la présence d’un slot SD est appréciable. Multi-tâches : Android Nougat sait gérer plusieurs processus ouverts même sur des configs un peu maigrichonnes. J’ai lancé mes applis une à une pour les paramétrer, et au bout de la vingtième j’ai senti qu’on atteignait les limites. Pour autant c’est pas ridicule et ça ne reflète pas mon utilisation normale du téléphone. La batterie ne chauffe quasiment pas. Comme c’est désormais natif sur Nougat, on peut partager l’écran entre deux applis en simultané. Pratique pour avoir d’un côté SoundHound et de l’autre Youtube. Autonomie : Gros sujet de crainte, avec seulement 2000mAh. Le téléphone est arrivé avec deux tiers de batterie qui ont fondus comme neige au soleil sans vraiment y toucher. Après une première recharge au taquet, il semble durer un peu plus longtemps, et je couplerai le tout avec l’application Duraspeed pour voir ce qu’il peut m’offrir. La recharge de 25 à 100% a pris environ 1h10, c’est correct. Pour une recharge complète il faut compter un peu moins de deux heures. La fiche est un peu dure à connecter et retirer du port micro USB, je vais surveiller une éventuelle usure prématurée de l’un ou l’autre. Pour ce premier jour d’usage régulier, débranché à 100% à 10h, je suis à la moitié à 17h, avec une utilisation modérée (pas mal de Web, 1h de musique, du whatsapp, du Pinterest et un client mail de Fb. Luminosité quasiment au minimum mais j’ai fait tourner deux benchs). Comme annoncé sur le site de Umi, « a day’s Sufficient Use ». Il ne faudra en revanche pas lui en demander plus. Conclusion : Avec encore dans la tête mon précédent smartphone petit budget (le Max1, payé 79€), la montée en prestation est flagrante. Pour seulement 10€ de plus, j’ai pu rajouter à ma check-list un capteur d’empreinte, la dernière version d’Android (on reparle d’Oreo quand il aura dépassé 1% de fragmentation, d’ici là j’aurai probablement déjà perdu celui-ci), un processeur plus puissant d’un tiers et un appareil photo moins mauvais. Je le trouve vraiment joli, bien fini, plutôt bien assemblé et ultra léger. La prise en mains est agréable et ses dimensions se font oublier. D’extérieur, rien ne laisse présager d’une tarification si mignonne. Alors certes c’est une copie d’un téléphone plus célèbre, et je comprends qu’on puisse ne pas apprécier la démarche. Pour ma part je m’en contrebalance, je ne l’ai pas acheté spécifiquement pour ça, c’est juste une caractéristique de plus. Côté interface et utilisation, l’Android stock permet de trouver ses marques en quelques secondes et les quelques ajouts sont bienvenus. La puissance ne me fera pas grimper aux rideaux mais ce n’est ni ce que je cherchais ni ce dont j’ai besoin. L’appareil photo est un peu juste quoi que passable dans les bonnes conditions, et la batterie remplit son rôle, même si c’est à l’arrachée. -Pour 90€, je ne vois pas ce que je pouvais demander de mieux. -Une update, même légère, afin d’optimiser la batterie, et il sera parfait. Voilà, j’espère vous avoir donné un aperçu assez clair de la bête, et vous avoir fait passer un moment pas trop chiant. Je ne suis pas objectif, ce n'est pas le but, je partage mon avis d'utilisateur Android depuis un certain temps. Après avoir couru les flagships pendant quelques années, réaliser qu’on peut trouver son bonheur pour le prix d’un mois de pass Navigo et d’un Menu Golden est assez plaisant. N'hésitez pas à réagir ou à poser vos questions si j'ai zappé certains aspects. A plus.
  13. J'avais eu ce problème avec mon Idol 3 aussi, je crois qu'il faut télécharger la suite Alcatel PC Studio. Tu es bien en USB debugging ? Il y a parfois aussi un problème quand tu branches ton téléphone, Windows va chercher automatiquement les pilotes. Parfois c'est cool, parfois ça coince. Solution : désinstaller le pilote, couper le Wi-Fi et brancher de nouveau le phone.
  14. Guyllheaume

    Passer d'Android à MIUI

    My bad, j'ai confondu avec AliEx. J'avais dû lire ça et là sur le forum et ailleurs des retours désastreux avec GB, c'est probablement ce qui m'a refroidi. Cependant quand on lit des avis sur internet on a souvent la crème de la crème du désappointé, et les avis positifs sont noyés dans le flot des déçus. Si je me souviens bien il y a un fil dans le coin qui répertorie les sites d'imports sérieux.
  15. Guyllheaume

    Passer d'Android à MIUI

    Certains n'accrochent pas à MIUI mais moi j'avais adoré cette surcouche pour sa personnalisation et plusieurs features bien pensées sur la version .eu de la ROM. L'OS s'en trouve un peu alourdi en espace mais avec 64Go dans les poches tu as le temps de voir venir. La chose à savoir c'est qu'à quelques exceptions les Xiaomi ne sont pas importés donc la Rom originale n'est pas pensée pour les européens (Anglais/chinois seulement, pas de Play Store ou autres services Google, beaucoup d'applis dédiées au marché chinois). Un peu de bidouille est à prévoir pour un confort optimal. A part ça, du gros kiff. Dans les revendeurs de confiance, Oppomart, Smartophone. J'ai jamais acheté sur Gearbest qui est une marketplace, problème de confiance névrosée. J'avais pris le miens sur Xiaomi France, il n'a pas très bonne réputation mais je n'avais eu aucun soucis.